Investir les endroits mal aimés

investir les endoits mal aimés 2En parcourant le territoire lavallois, je me suis questionné sur mon sentiment d’appartenance à la ville. Je me suis aperçu que je traversais certaines zones sans jamais leur prêter attention. Ces endroits me sont soudainement apparus comme étant mal aimés, désinvestis. Après tout, qui s’identifie aux terrains vagues, aux bretelles d’autoroutes, aux grands stationnements de centres d’achats? Comment rendre ces lieux plus signifiants?

Sur ces photos, nous sommes tout près de l’autoroute 15 qui traverse le territoire d’un bout à l’autre, comme une grande cicatrice, à laquelle je ne m’identifie pas. Pourtant, lorsqu’on pose enfin son regard, qu’on s’y attarde, on peut percevoir au petit matin une si douce lumière, empreinte d’une nostalgie qui témoigne de la campagne que Ste-Rose a déjà été il n’y a pas si longtemps. La marionnette de Mamie qui se berce aux abords de l’autoroute rendait bien cette impression qui m’a habitée, me rappelant, comme un repère dans les rides du temps, que les années passent, toujours plus vite, plus vite et encore plus vite et qu’il faut parfois prendre le temps de s’arrêter, mettre le frein… L’art peut-il se faire porte parole et nous aider à aimer davantage un lieu, à s’y sentir chez soi?

investir les endroits mal aimés 3investir les endroits mal aimés 1investir les endoits mal aimés 2

bandeau-Laval-coul-2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s